Blogue

Réouverture du Jardin de Chine : une page d’histoire se tourne

Réfection du Jardin de Chine - Été 2016 - Pose des tuiles sur les toits par les travailleurs chinois.
Credit: Jardin botanique de Montréal (Lise Servant)
Réfection du Jardin de Chine - Été 2016 - Pose des tuiles sur les toits par les travailleurs chinois.
  • Réfection du Jardin de Chine - Été 2016 - Pose des tuiles sur les toits par les travailleurs chinois.
  • Réfection du Jardin de Chine - Été 2016 - Pose des tuiles sur les toits par les travailleurs chinois. Travaux de peinture.
  • Réfection du Jardin de Chine - Été 2017 - Restauration du kiosque de la douceur infinie
  • Réfection du Jardin de Chine - Été 2017 - Restauration du pavillon où se figent les nuages empourprés
  • Réfection du Jardin de Chine - Été 2017 - Restauration de la cour d'entrée - pose des tuiles sur le muret entourant la cour d'entrée
Réouverture du Jardin de Chine : une page d’histoire se tourne

Ajustement des luminaires sur la façade de la Tour, installation des poignées de laiton sur les portes du Pavillon de l’amitié, positionnement minutieux de rochers lingbi dans la Cour d’entrée, coups de pinceaux dans la Cour du printemps. Ces derniers jours, les équipes impliquées dans le projet de restauration du Jardin de Chine ont mis les bouchées doubles, car après plusieurs mois de travaux, le plus grand jardin traditionnel chinois du Canada rouvrira enfin ses portes au public.

Un chantier pas comme les autres

C’est au début des années 2010 que s’est articulé un projet visant à rénover les pavillons du Jardin de Chine, abîmés par le passage du temps et les rudesses de notre climat. Colonnes qui craquent, toitures qui coulent, peinture qui s’écaille, fondations qui s’effritent : le défi semble alors colossal. Surtout, la question qui anime les gardiens du lieu est celle-ci : comment restaurer ce site en conservant son cachet et en préservant à tout prix son authenticité ?

S’entourant des meilleurs, les équipes d’Espace pour la vie se mettent au travail et c’est en juin 2015 que le coup d’envoi des travaux est donné. Ce même été, une délégation d’Espace pour la vie se rend à Shanghai afin de négocier la partie la plus sensible de ce projet : la venue à Montréal d’une équipe de tuiliers chinois, à qui l’on souhaite confier la finition des toitures des sept pavillons et le couronnement des murets des cours intérieures.

De longues procédures administratives s’entament alors et, près d’un an plus tard, la première cohorte d’artisans chinois débarque à Montréal. Entre nos équipes et la leur, les débuts sont légèrement chaotiques, car il faut les convaincre de travailler selon nos règles et en suivant certaines de nos méthodes. Puis, au fil des jours, la cadence s’installe et les efforts portent leurs fruits. À la fin de l’été 2016, lors du démantèlement des échafaudages, les premiers pavillons restaurés sont magnifiques !

Quand l’Occident rencontre l’Orient… ou l’histoire des amitiés improbables

Au printemps 2017, aux premiers bourgeons des magnolias, les artisans chinois sont de retour afin de compléter les toitures des pavillons restants. Les retrouvailles à l’aéroport ne sont que sourires et accolades. Alors qu’entre deux réunions de chantier, maçons, peintres, menuisiers, électriciens et autres experts techniques travaillent sur le chantier dans toutes les conditions possibles, nos amis chinois reprennent truelles et mortier et sont vite de retour sur les toits.

Cette fois-ci, le rythme est plus fluide, on se connaît et… on s’apprécie. Se nouent de véritables amitiés, malgré la barrière de langue et les différences interculturelles. Certains se disent désormais « des frères » et on se retrouve parfois sur des terrasses du quartier une fois les longues journées terminées, pour boire une « píjiǔ » (bière) !

En regardant dans le rétroviseur, j’ai peine à croire tout le chemin parcouru dans ce projet des plus uniques. La fierté et une profonde reconnaissance me gagnent pour ces êtres d’exception qui ont contribué à son succès. Cette page d’histoire est celle où tous ont réussi à travailler ensemble, malgré leurs différences. Au lever du rideau, le 1er septembre prochain, on pourra se dire : rènwù wánchéng… ou mission accomplie !

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous