Menu global

Jardin nourricier

Français
Jardin nourricier

Vous souhaitez cultiver des légumes et des fines herbes? Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups et en profiter pour intégrer des végétaux qui nourrissent aussi les insectes pollinisateurs, les papillons et les oiseaux?

Qu’il s’agisse d’un potager traditionnel auquel des fleurs et des petits fruits sont intégrés ou d’un jardin d’ornement agrémenté de légumes et de fines herbes, la création d’un jardin nourricier vous permet non seulement de cultiver vos propres aliments, mais offre également le couvert aux insectes et aux oiseaux. De quoi nourrir la biodiversité! 

Vous n’avez qu’un balcon? Il est tout aussi facile de cultiver des plantes nourricières en contenants. 

 

Quels sont les critères à respecter pour obtenir la certification du jardin nourricier?

S’il respecte les trois critères ci-dessous, votre jardin est admissible à la certification!

  • Présenter une diversité de plantes comestibles (légumes, fines herbes, fleurs comestibles ou petits fruits), selon l’espace disponible.
  • Intégrer des plantes produisant des fleurs, des fruits ou des graines fournissant une nourriture variée pour la faune utile (insectes pollinisateurs, papillons et/ou oiseaux), tout au long de la saison.
  • Être entretenu de manière respectueuse de la biodiversité. Pour comprendre ce que ce type de jardinage implique : Comment faire un jardin écologique.

 

Je certifie mon jardin

 


Comment faire un potager fleuri?

Pour faire un potager, ou encore mieux, un jardin nourricier, rien de plus simple! Adaptez votre culture à l’espace dont vous disposez et osez mélanger les fines herbes avec les fleurs comestibles,  les petits fruits avec les plantes nectarifères, les légumes avec les fleurs! Vous profiterez non seulement d’une belle récolte, mais également d’une faune variée.

 

Étape 1 – Choisissez les bonnes plantes comestibles pour votre jardin

Il y en a pour tous les goûts! En fonction de l’espace disponible, des caractéristiques du site et de votre expérience en jardinage, votre jardin nourricier peut prendre différentes formes. Que vous rêviez d’un potager traditionnel orné de fleurs, d’un jardin ornemental parsemé de fruits et légumes ou d’un potager en pot sur balcon agrémenté de fleurs, voici la clé : mélangez les plantes comestibles avec les plantes nectarifères.

Quelques pistes pour vous aider à planifier votre potager fleuri :

  • Choisissez vos plantes comestibles en fonction des conditions d’ensoleillement. Par exemple : les tomates et autres légumes gourmands exigent 6 à 8 heures d’ensoleillement continu, tandis que plusieurs fines herbes poussent bien en condition mi-ombragée.
  • La qualité de la terre utilisée est primordiale car le sol est le théâtre invisible où se joue le succès de votre jardin. Vérifiez qu’elle soit riche grâce à un test de sol et amendez votre sol naturellement au besoin. Si vous ajoutez de la nouvelle terre, choisissez un mélange vraiment conçu pour le potager. Le coût initial sera largement rentabilisé par la quantité et la qualité de vos récoltes!
  • Créez des alliances favorables. Renseignez-vous sur le compagnonnage et observez d’une année à l’autre le bon voisinage de vos plantes. Certaines plantes attirent les insectes bénéfiques et d’autres éloignent naturellement certains animaux… avec qui vous ne souhaitez pas partager vos récoltes.
  • La nature ne connait pas les frontières! Tout au long de la saison, observez les visiteurs (faune, pollinisateurs) de passage ou ceux qui résident à temps plein dans votre jardin. Vous saurez ainsi quel aménagement et quelles plantes sont les plus invitants pour vos alliés naturels.
  • Pour soutenir la biodiversité jusque dans votre assiette, pensez à intégrer des variétés patrimoniales ou ancestrales. C’est l’occasion de découvrir des variétés peu communes et de préserver la diversité génétique des plantes que vous consommez. De nombreux semenciers québécois offrent ces variétés. Ce sont des secrets et des merveilles bien gardés. Vous pouvez les encourager en participant à une Fête des semences locale. Puis, apprenez à récolter les semences en fin de saison et échangez-les avec d’autres amateurs. Des liens agréables, utiles et économiques pour la prochaine saison!

 

Pour vous accompagner dans votre planification :

 

Étape 2 – Invitez des fleurs au potager

Au jardin, on courtise les insectes et… on est gourmands. Osez mélanger les fines herbes et les fleurs comestibles, les petits fruits et les plantes nectarifères. En somme, fleurissez votre aménagement! Vous favoriserez du même coup la production des fruits et légumes. Un partenariat gagnant-gagnant entre insectes et humains.

 

Des récoltes à partager

Cultivez une diversité de plantes comestibles (légumes, fines herbes, petits fruits ou fleurs comestibles) qui plairont à votre palais mais régaleront aussi une variété d’organismes vivants bien utiles. Vos plantes pourraient ainsi abreuver les insectes en nectar mais aussi servir de soutien à leur cycle de vie, sans compromettre vos récoltes.

 

Des îlots de fleurs pour les pollinisateurs

Pour inviter les abeilles, les bourdons et les autres insectes pollinisateurs dans votre jardin, intégrez des fleurs riches en nectar et en pollen. Plusieurs fines herbes peuvent jouer ce rôle si vous les laissez fleurir. Privilégiez les plantes à fleurs simples : leur nectar et leur pollen sont souvent plus abondants et plus facilement accessibles pour les pollinisateurs.

Pour que les papillons s’établissent à long terme dans votre petit coin de pays, cultivez les plantes hôtes dont se nourrissent leurs chenilles mais aussi des plantes nectarifères qui attireront les adultes. Pensez également à offrir le couvert aux oiseaux en plantant des végétaux qui produisent des fruits ou des graines et planifiez vos plantations de manière à avoir des végétaux en fleurs ou en fruits pendant toute la saison.

Consultez nos listes de plantes conseillées : 

Découvrez les plantes hôtes des papillons du Québec :

 

Les belles de chez nous

Redécouvrez votre Québec floral en introduisant, autant que possible, des plantes indigènes dans votre coin de paradis. Ces espèces offrent abri, nourriture et lieu de reproduction à la faune indigène. Vous pouvez les intégrer à l’aménagement ou les planter en bordure. Informez-vous cependant sur l’envergure de leur étalement au fil des ans et choisissez bien leur emplacement en fonction de la place qu’elles prendront. Vous resterez ainsi bons amis.

Pour vérifier si une espèce est indigène au Québec, consulter VASCAN, la base de données des plantes vasculaires du Canada.

 

Étape 3 – Entretenez le jardin de façon écologique

Pour tirer profit au maximum de votre sol et réduire l’incidence des maladies et des ravageurs, pratiquez la rotation des cultures. La technique est simple : ne pas cultiver le même légume (ni la même famille de légume) au même endroit deux années consécutives.

Suivez nos conseils et astuces pour faire un jardin écologique.

 

Saviez vous que…

Les fleurs se transforment en fruits grâce au butinage des insectes pollinisateurs. Ces derniers contribuent en effet à transporter le pollen d’une fleur à l’autre. Ce «partenariat» fleurs-pollinisateurs est essentiel pour votre potager. En ajoutant des plantes fleuries, vous leur fournissez une source de nectar et de pollen. Une fois dans votre jardin, les pollinisateurs visiteront également vos plantes comestibles. Leurs fleurs seront pollinisées à leur tour, favorisant ainsi la production de légumes et de fruits. Un échange de services gagnant-gagnant!

Add this

Partager cette page