Menu global

Jardin pour la biodiversité

Français
Jardin pour la biodiversité

Vous aimez être entouré de fleurs, de verdure et vous sentir près de la nature? Le jardin pour la biodiversité vous encourage à planter une flore diversifiée, à intégrer des espèces indigènes au Québec et à adopter des pratiques de jardinage écologique. Vous attirerez ainsi toute une faune utile pour votre jardin.

Quels sont les critères à respecter pour obtenir la certification du Jardin pour la biodiversité?

Pour faire certifier votre jardin pour la biodiversité, vous devez au minimum respecter les trois critères obligatoires ci-dessous :

  1. Diversifier les plantations : intégrer si possible des arbres, des arbustes, des conifères, des vivaces et des annuelles (selon l’espace disponible), pour répondre aux besoins d’une variété d’organismes vivants.
  2. S’assurer d’avoir des végétaux en fleurs ou en fruits tout au long de la saison afin de pouvoir nourrir les pollinisateurs, les oiseaux et les petits mammifères.
  3. Entretenir le jardin de façon écologique : choisir des végétaux adaptés, nourrir les plantes avec du compost, utiliser l’eau judicieusement, faire preuve de tolérance face aux problèmes de ravageurs ou de maladies, etc.

Recommandations additionnelles :

  • Intégrer des espèces indigènes à l’aménagement. Pour vérifier si une espèce est indigène au Québec, consulter VASCAN, la base de données des plantes vasculaires du Canada.
  • Réduire la surface gazonnée et augmenter la superficie des plates-bandes.
  • Fournir une source d’eau saine et accessible pour la faune.

 

Comment faire un jardin pour la biodiversité

Rien de plus facile pour faire un jardin pour la biodiversité : il faut choisir quelques plantes indigènes, les planter au bon endroit et mettre en place quelques principes de jardinage écologique. Prêts? Regardons tout ça de plus près...

Avant de commencer l’aménagement de votre jardin pour la biodiversité, consultez la fiche Principes de base du jardinage écologique. Assurez-vous aussi de respecter la règlementation de votre municipalité.

 

Étape 1 - Démarrer dans les bonnes conditions

Des plantes bien adaptées

Assurez-vous de planter la bonne espèce végétale au bon endroit. Une plante bien adaptée aux conditions du site (ensoleillement, type de sol, zone de rusticité, etc.) est généralement plus vigoureuse et moins vulnérable aux ravageurs, aux maladies et à la sécheresse.

Tenez compte des dimensions de la plante à maturité (hauteur et largeur) afin de lui offrir l’espace nécessaire à son développement.

Privilégiez les végétaux réputés pour leur facilité de culture et pour leur bonne résistance aux ravageurs et aux agents pathogènes.

N’hésitez pas à vous faire conseiller par les spécialistes des pépinières et des jardineries.

 

Étape 2 - Cultiver la biodiversité au jardin

Une flore diversifiée

La diversification des espèces végétales permet de fournir nourriture, abri et lieu de reproduction aux insectes utiles, aux oiseaux et à une foule d’autres petits animaux. Plantez des vivaces, des annuelles, des arbustes, des arbres feuillus et des conifères, selon l’espace disponible. Assurez-vous d’avoir des plantes en fleurs durant toute la saison de croissance et cultivez des végétaux produisant des graines et des fruits.

Lors du choix des plantes, attention de ne pas introduire d’espèces exotiques envahissantes.

Plus de place aux espèces indigènes

Les végétaux originaires de nos régions sont bien adaptés à nos conditions climatiques. De plus, ils attirent une faune, elle aussi indigène, qui contribue à améliorer la biodiversité de nos milieux. S’ils sont adaptés aux conditions de votre jardin, n’hésitez pas à les choisir.

Ne prélevez pas de plantes indigènes en milieu naturel. Achetez des plantes produites en pépinière.

Pour en savoir plus :

 

Étape 3 - Entretenir le jardin de façon écologique

Le compost à l’honneur

Qu’il soit acheté ou fait maison, le compost permet d’améliorer la qualité du sol de votre jardin et d’équilibrer son pH. Il apporte également des éléments nutritifs essentiels aux végétaux.

Pour en savoir plus :

Des engrais naturels au besoin

Les engrais naturels servent de compléments au compost. On les utilise notamment lorsque les plantes cultivées sont très gourmandes ou en cas de carence minérale.

Pour en savoir plus :

Précieux paillis

Les paillis organiques, comme les feuilles mortes déchiquetées, maintiennent la fraîcheur du sol pendant l’été, nourrissent le sol en se décomposant et limitent la croissance des herbes indésirables. Ils constituent également un couvert végétal qui héberge une foule d’organismes utiles au jardin.

Pour en savoir plus :

Utilisation judicieuse de l’eau

Arrosez vos plantes au besoin et en profondeur (évitez les arrosages superficiels et fréquents). En tout temps, respectez votre réglementation municipale sur l'usage de l'eau.

Si possible, récupérez l’eau de pluie dans des barils ou dans des pots. Assurez-vous de couvrir ces contenants avec un grillage fin pour éviter la prolifération des moustiques.

Pour en savoir plus :

Paresse automnale

Dans la grande majorité des cas, le ménage automnal des plates-bandes n’est pas nécessaire, ni même souhaitable. Laissez donc en place les feuilles mortes et les tiges séchées qui permettent à une multitude d’organismes bénéfiques de s’abriter pendant l’hiver.

Les graines et les fruits présents sur les plantes en fin de saison constituent également une importante source de nourriture pour les oiseaux.

Pour en savoir plus :

Culture harmonieuse

En attirant davantage d’organismes utiles dans votre jardin (acariens prédateurs, insectes prédateurs ou parasitoïdes, oiseaux, etc.) et en protégeant ceux qui sont déjà présents, vous favoriserez un contrôle écologique des ravageurs.

Si un problème d’insectes nuisibles, de maladies ou d’herbes indésirables requiert une intervention, appliquez des méthodes culturales, physiques ou mécaniques. En dernier recours seulement, utilisez un pesticide à faible impact.

Pour en savoir plus :

 

Saviez-vous que…

Il faut faire preuve de tolérance et de patience pour attirer la biodiversité dans son jardin. Plantes et animaux ne s’y installeront pas du jour au lendemain. De plus, la présence de ces nouveaux hôtes peut bousculer un peu votre perception du jardin idéal. Les feuilles de vos plantes risquent d’être grignotées par des chenilles, mais vous pourrez plus tard observer des papillons. Des abeilles, comme d’autres pollinisateurs, viendront butiner vos fleurs. Des oiseaux vont fouiller vos plates-bandes pour y trouver des vers et des insectes. Ne voyez pas ces intrusions d’un mauvais œil, mais plutôt comme un signe que vous avez bien fait votre travail : votre jardin devient un espace pour la vie!

Add this

Partager cette page