Blogue

Des coléoptères comme une poignée de bonbons…

A beetle, just before taking off
Des coléoptères comme une poignée de bonbons…

Sur Terre, un être vivant sur quatre est un coléoptère. Des 350 000 espèces connues, 3 800 vivent au Québec.

Coléo… quoi?

Rappelez-vous la première fois que vous avez vu une coccinelledécoller en trombe. Dire qu’elle vous cachait ses ailes tout ce temps-là! Comme la plupart des coléoptères, elle replie ses ailes sous ses élytres, sortes d’ailes durcies et parfois brillamment colorées qui les protègent. Le mot coléoptère signifie « ailes dans un étui ».

Beautés dissimulées

Les élytres de Chrysina resplendens, alias le scarabée d’or, brillent telles des pépites d’or! Tout comme une vraie pépite, il faut chercher pour le trouver, car dans le dense feuillage de la forêt tropicale, il scintille au soleil de la même manière que les milliers de gouttes d’eau qui l’entourent. Dynastes hercules, une espèce de scarabée rhinocérosprotégée en Guadeloupe, change la couleur de ses élytres. Pour réguler sa température interne, il absorbe ou libère l’humidité stockée sous ses élytres. Sèches, elles sont jaunes ou bleu-vert. Mouillées, elles deviennent presque noires. Parfois, ce n’est pas le coléoptère qui est coloré, mais son mode de vie!

Manger de tout

Peut-être avez-vous déjà vu des gravures artistiques décorant les troncs d’arbres morts au sol de la forêt? Il est possible que ce soit l’œuvre des scolytes, des coléoptères qui creusent des galeries dans le bois pour y cultiver un champignon, leur nourriture. Dans des pochettes spécialisées à même leur corps, les scolytes conservent des échantillons de champignon qui serviront lorsque vient le temps d’ensemencer un nouveau jardin. À l’autre bout de l’échelle du goût, les bousiers préfèrent les crottes, les nécrophoresse précipitent sur les cadavres d’animaux et la plupart des autres espèces sont « végétariennes ». Dans l’évolution, toutes sortes de pièces buccales sont apparues : celles pour grignoter les tiges ou les feuilles, celles pour sucer la sève, d’autres pour croquer les fruits ou encore aspirer le nectar… Ainsi, tous les palais sont satisfaits et ce partage des ressources est gage du succès de leur diversification.

Une fenêtre sur leur monde…

862 des plus étincelants coléoptères du monde, comme une poignée de bonbons multicolores, sont exposés dans une seule vitrine de la nouvelle exposition de l’Insectarium Nous, les insectes… L’assemblage est le fruit du travail laborieux qui a occupé Laurent Desaulniers de l’équipe des laboratoires, pendant un mois complet! Les insectes sont présentés sans trace d’une aiguille entomologique, antennes et pattes repliées par souci d’économie d’espace, pour composer un véritable délice pour les yeux. En s’attardant à cette œuvre d’art, on ouvre une fenêtre sur leur incroyable diversité.

Un défi de taille

En 2010, une nouvelle espèce de lézard (Varanus bitatawa), faisant plus de deux mètres, a été découverte aux Philippines. Elle avait jusque-là échappé aux scientifiques. Imaginez alors le nombre d’espèces de coléoptères, voire d’insectes, encore inconnues! D’où l’importance de préserver leurs habitats, afin qu’ils continuent de polliniser, de décomposer, de servir de nourriture… et de nous inspirer!

Et vous, quels sont les insectes qui vous inspirent?

Pour en découvrir plus sur le rôle essentiel des insectes et arthropodes
Abonnez-vous à l'infolettre Nos voisins les insectes

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de johanne landry
johanne landry

bravo Marika!

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous