Blogue

Emmy Noether, la mathématicienne qui a démontré la relativité générale

Portrait de Emmy Noether vers 1900.
Credit: Auteur inconnu (droit d’auteur expiré)
Portrait de Emmy Noether vers 1900.
  • Portrait de Emmy Noether vers 1900.
  • Emmy Noether avec ses frères, Alfred, Fritz et Robert
  • Emmy Noether vers 1930
  • Emmy Noether vers 1933
Emmy Noether, la mathématicienne qui a démontré la relativité générale

Emmy Noether est considérée comme l’une des plus grandes mathématiciennes. Cependant, elle a vécu à une époque où l’on considérait que les sciences et les mathématiques étaient des domaines réservés aux hommes. Les travaux des femmes n’étaient alors pas reconnus à leur juste valeur ou étaient ignorés.

Une passion pour les mathématiques

Amalie Emmy Noether voit le jour en 1882 à Erlangen en Allemagne. Elle est l'aînée d’une fratrie de quatre enfants du mathématicien Max Noether et d’Ida Amalia Kaufmann. Enfant, Emmy montre déjà des aptitudes pour les mathématiques.

Douée pour les langues, elle réussit en 1900 l’examen pour enseigner aux jeunes filles. Mais Emmy décide plutôt de combattre les préjugés et s’inscrit à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg en mathématiques. Sur les 986 personnes inscrites, on ne compte que deux femmes.

Pour assister à ses cours, elle doit demander auparavant l’autorisation écrite de chaque professeur. Elle décroche malgré tout son doctorat en mathématiques en 1907.

Elle enseigne ensuite pendant 7 ans, de 1908 à 1915, à l’Institut de mathématiques d’Erlangen sans recevoir de salaire! Pendant cette période, elle s’initie aux travaux du mathématicien David Hilbert et collabore avec son collègue Ernst Sigismund Fischer. Emmy développe alors de nombreuses méthodes en algèbres abstraites. La contribution d’Emmy en algèbre est tellement importante qu’elle est aujourd’hui considérée comme la mère de l’algèbre.

Enseigner à Göttingen

David Hilbert invite Emmy à venir enseigner à l’Université de Göttingen en 1915. Mais les professeurs de la faculté de philosophie s'opposent à ce qu’Emmy accède au titre de Privatdozent, qui permet de donner des cours universitaires et devenir éventuellement professeur titulaire. Hilbert, excédé par l’attitude de ses collègues masculins, déclarera : « Je ne vois pas pourquoi le sexe de la candidate serait un argument contre son admission comme Privatdozent. Après tout, nous sommes une université, pas des bains publics. »

Pour lui permettre d’enseigner, Hilbert annonce des cours avec son assistante, Mme Noether, auxquels seule Emmy est présente.

Le théorème de Noether

À cette époque, Hilbert tentait de démontrer des éléments de la théorie de la relativité générale développés par Albert Einstein.

Emmy publie en 1918 un article majeur dans lequel elle développe deux théorèmes qui prouvent, entre autres, la théorie de la relativité générale. Appelé aujourd’hui le théorème de Noether (l’histoire n’en retiendra qu’un seul théorème), il démontre que les lois de la physique sont invariantes et s'appliquent partout, et il généralise les lois de conservation dans la nature. Ce théorème est à la base de la physique depuis ce temps et est encore grandement utilisé aujourd’hui.

Ce n’est qu’en 1919 qu’Emmy reçoit sa pleine habilitation pour enseigner les mathématiques à l’Université de Göttingen. Elle devra toutefois attendre encore un an avant de recevoir un salaire.

Un enseignement différent

Le style d’enseignement d’Emmy est cependant très différent de ses collègues masculins. Ses cours sont de grandes discussions sur des problèmes concrets en mathématiques avec ses étudiants. Certains apprécient son style et deviennent d’admirateurs inconditionnels d’Emmy. D’autres détestent ce type d’enseignement et deviendront des ennemis de la mathématicienne.

Elle sera malgré tout une enseignante dévouée et encouragera même certains de ses étudiants à utiliser ses travaux pour l’avancement de leur carrière.

En 1932, Emmy Noether et Emil Artin reçoivent le prix Alfred Ackermann-Teubner pour leur contribution en mathématiques.

Exil aux États-Unis

Mais en avril 1933, la montée aux pouvoirs des nazis fait basculer le destin d’Emmy. Le gouvernement Hitler adopte alors une loi qui révoque les emplois de tous les fonctionnaires juifs. Étant juive, Emmy perd son poste à l’Université de Göttingen.

Emmy continue un temps à enseigner dans son appartement, mais elle doit tout de même se résigner à émigrer aux États-Unis à la fin de l’année 1933. Elle accepte alors un poste au collège Bryn Mawr, une institution d’enseignement réservée aux femmes à cette époque.

Une mort prématurée

Malheureusement, en avril 1935, Emmy reçoit un diagnostic de tumeur à l’abdomen. Elle décède le 14 avril 1935, quatre jours après une opération qui semblait s’être bien déroulée.

Les contributions d’Emmy Noether au développement des mathématiques sont tellement significatives et importantes qu’elle est aujourd’hui considérée comme la plus grande mathématicienne de tous les temps.

Plusieurs femmes scientifiques sont malheureusement méconnues du grand public, malgré d'importantes découvertes. Apprenez-en plus sur le parcours de quelques unes d'entre elles:

Ne manquez pas l’exposition nobELLES
présentée au Planétarium dès le 27 avril 2023.

Écoutez Lili Boisvert et ses invité.e.s explorer des thèmes poignants qui incitent à la réflexion et mettent en lumière des femmes qui auraient certes mérité d’être au premier plan de nos livres d'histoire, dans notre série de balados inspirée de l'exposition nobELLES.

Pour plus d'information sur l'observation de planètes, constellations, et phénomènes astronomiques
Abonnez-vous à l'infolettre À ciel ouvert

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous