Blogue

Le temps passe, l'œuvre reste

Le cadran solaire © Espace pour la vie (Marc Jobin)
Le temps passe, l'œuvre reste

Un cadran solaire monumental trône devant le Planétarium Rio Tinto Alcan depuis l’automne dernier. Les habitués du Planétarium le reconnaissent pour l’avoir admiré devant l’ancienne institution, mais lui trouvent aujourd’hui un petit air différent. En effet, son déménagement du centre-ville au Parc olympique a été l’occasion de le restaurer.

Le Soleil comme horloge

Le cadran solaire est l’un des plus anciens instruments inventés par l’homme. Il indique le passage du temps à l’aide du Soleil et d’un indicateur (nommé le style) capable de projeter une ombre sur une surface graduée appelée la table.

Un cadeau qui a du style

Ce cadran a été offert à la ville de Montréal en 1967 par les citoyens de Rotterdam à l'occasion du 325eanniversaire de fondation de Montréal. Le cadran a été réalisé par le sculpteur néerlandais Herman J. van der Heide (1919-1998). L’œuvre est faite d’acier et d’aluminium, un heureux hasard maintenant que le Planétarium est associé à l’aluminerie Rio Tinto Alcan!

Fiable ou pas ?

On croit souvent, à tort, que le cadran du Planétarium ne peut pas être fonctionnel puisque son style ne pointe pas en direction de l’étoile Polaire. En effet, le style d’aluminium pointe environ 15 degrés plus haut que le pôle céleste. En fait, cela n’empêche en rien le cadran de donner l’heure juste, car les lignes horaires de la table ont été tracées de manière à compenser parfaitement la différence d’inclinaison. Toutefois, le cadran indique l’heure normale de l’Est. De mars à octobre, il faut donc ajouter 60 minutes à l’heure que donne le cadran puisque Montréal vit alors à l’heure avancée.

Du centre-ville au Parc olympique

Le cadran de van der Heide est demeuré devant le Planétarium du 1000 rue Saint-Jacques Ouest jusqu’à sa fermeture. Avant de le déménager devant le Planétarium Rio Tinto Alcan, il a été restauré afin de retrouver son éclat d’antan.

Un voyage dans le temps

Depuis son installation en 1968, le cadran solaire avait été repeint quelques fois et sa table modifiée à deux reprises. La récente restauration visait à ramener l’œuvre le plus près possible de son aspect initial. Pour éliminer la corrosion, le style d’aluminium a été usiné au tour à métal et sablé. La structure d’acier de l’œuvre a été décapée, recouverte de couches d’apprêt et repeinte en noir. La table horaire, quant à elle, a été totalement redessinée afin de correspondre au dessin original de l’artiste. Le cadran de van der Heide tel qu’il apparait aujourd’hui devant le Planétarium Rio Tinto Alcan correspond en tous points à celui que vous, vos parents ou vos grands-parents auriez pu admirer dans le square Chaboillez il y a presque 50 ans…

Dès le 5 juillet, ne manquez pas l’exposition L'art du temps présentée dans le hall du Planétarium Rio Tinto Alcan. Une occasion unique de prendre le temps de contempler une douzaine de cadrans solaires portatifs provenant du Musée Stewart et des Musées de la civilisation.

Ce texte a été écrit en collaboration avec Marc Jobin, astronome et préposé aux renseignements astronomiques au Planétarium Rio Tinto Alcan.

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de Claude Gagnon
Claude Gagnon

Je crois que j'ai des morceaux du bolide qui est passé le 27 novembre 2013 vers un peut avant 20h00.
J'aimerais savoir comment vous envoyer des photos.
Attend vos nouvelles

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous