Blogue

Les membracides, ces mini-monstres

Umbonia sp. - Ce petit membracide affiche la même couleur que son milieu de vie, le feuillage de plusieurs arbres.
Credit: Insectarium de Montréal (René Limoges)
Umbonia sp.- This small treehopper is the same color as its environment.
  • Umbonia sp.- This small treehopper is the same color as its environment.
  • Polyglypta sp.- This small treehopper is the same color as its environment
  • Heteronotus sp.- This small treehopper is the same color as its environment.
  • Enchenopa sp.- This small treehopper is the same color as its environment.
  • Cladonota sp. - This small treehopper is the same color as its environment.
  • Campylenchia latipes - This small treehopper is the same color as its environment.
  • Bolbonota sp. - This small treehopper is the same color as its environment.
  • Aconophora sp. - This small treehopper is the same color as its environment.
Les membracides, ces mini-monstres

Dans le monde fascinant des insectes, il existe un groupe étrange et particulier que l’on nomme les membracides. Ces petits insectes, ressemblant à de minuscules cigales, possèdent les formes parmi les plus extravagantes du monde animal. 

Rapides et insolites

Les membracides font partie des hémiptères, avec les punaises, cigales, cercopes, cicadelles et autres. Ils ont la capacité de sauter rapidement dans un premier temps, mais aussi de voler. Le saut de ces petits insectes est remarquable, car des études ont démontré qu’ils ont la capacité d’atteindre une vitesse de 5 m/s et une accélération de plus de 700 g. Ce sont des insectes piqueurs-suceurs, car grâce à leurs stylets, ils sont capables de percer des tiges et ainsi se nourrir de la sève des arbres et des plantes. Ce qui caractérise toutefois ces membracides, ce sont les formes extravagantes, parfois exagérées qu’ils possèdent, mais dont l’origine et la fonction sont encore mal connues et font l’objet d’un débat parmi les scientifiques. 

Protéger les larves et communiquer

Les membracides sont soit solitaires, soit grégaires, ou encore, ils vivent une forme de socialité. En effet, on a observé en nature des individus qui se rassemblaient entre eux, que ce soit des adultes ensemble ou avec des larves. Chez plusieurs espèces, la femelle protège sa ponte et ensuite protège ses larves, parfois jusqu’au stade adulte : il s’agit donc de soins parentaux. Les membracides sont aussi capables de produire des sons; il existerait donc une forme de communication entre eux.

Relation spéciale avec les fourmis

Les fourmis sont attirées par les membracides qui, comme d’autres hémiptères, sécrètent un miellat riche en acides aminés et en glucides. Le miellat sert de nourriture aux fourmis. En retour, les fourmis protègent les membracides contre d’éventuels prédateurs. Cette relation de bénéfices entre les deux espèces se nomme mutualisme. 

Belle diversité d’espèces

Actuellement, on dénombre plus de 3 270 espèces dans le monde. La plupart des espèces vivent sous les tropiques, mais le Québec possède une belle diversité avec plus ou moins 80 espèces, comparativement à quatre pour la France. 

Camouflage ou parure?

On croit que ces ornements aux formes, aux tailles, aux couleurs et aux textures extraordinaires servent de camouflage. Certains ressemblent à des épines ou des excréments, alors que d’autres évoquent des formes ressemblant aux fourmis. Des senseurs le long de ces formes évoquent la possibilité qu’ils sont en mesure de percevoir des odeurs ou des couleurs. Quelles sont leur véritable fonction et leur origine? Il semble qu’ils restent encore beaucoup de choses à apprendre de ces fascinants et bizarres petits insectes.

Pour en découvrir plus sur le rôle essentiel des insectes et arthropodes
Abonnez-vous à l'infolettre Nos voisins les insectes

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous