Blogue

Semer la bonne humeur

Courges variées © cc Flickr (VasenkaPhotography)
Semer la bonne humeur

À l’automne, à divers endroits, on trouve sur le marché québécois, une panoplie de variétés de courges. Les citrouilles nous charment sous forme de lanterne et aussi pour le goût de leur chair. S’ajoute au plaisir, la saveur des courges poivrées, courges musquées, courges buttercup et potirons. Des chairs orange, vitaminées à souhait! Un délice de nos automnes et de nos hivers.

Et les graines alors, comment s’en régaler et comment les utiliser dans le potager?

Si les graines de citrouille ont la cote, les graines de la plupart des courges dont la chair est comestible sont également comestibles. Il existe même des graines vertes de citrouille dont le tégument est très mince et qui ne nécessitent donc pas d’être écalées. Ces dernières peuvent même être mangées crues! Si on le désire, on pourra aussi les dorer légèrement pour les incorporer dans un sauté, ou simplement les ajouter nature à du yogourt ou aux muffins. Cela rehaussera à la fois le goût de ces aliments et la valeur nutritive de ceux-ci. En effet, plusieurs minéraux et acides gras essentiels se trouvent en bonne quantité dans les graines des citrouilles et des courges.

Récolter les graines de courges et de citrouilles

Utiliser les graines des courges et des citrouilles dans l’alimentation remonte à plusieurs milliers d’années. Les premières Nations de l’Amérique du Nord les faisaient griller dans le feu. Pour obtenir, depuis ce temps, des graines à manger, il a fallu aussi en faire pousser. Certains s’étonneront que les graines de citrouille demeurent vivantes dans de bonnes conditions entre 6 et 8 ans (Nathalie Leuenberger 2013). Les semences doivent être conservées dans un endroit frais et sec à l'abri de la lumière. Autre idée? Recueillir directement les graines des courges. Cependant, la biologie de ces plantes est à connaître. Les fleurs des courges comestibles n’ont presque toujours qu’un seul sexe : mâle ou femelle. Par conséquent, lorsque s’effectue la pollinisation, des croisements entre variétés demeurent possibles. Il peut donc arriver que les semences de la variété initiale donnent une plante aux fruits d’allures différentes. Une solution? Effectuer soi-même la pollinisation des fleurs et s’assurer que des abeilles ou autres ne s’y seront pas invités…

Le secret des potirons géants

Quelque chose découle de ce principe en lien avec les concours de potirons géants. Pour obtenir des fruits de plus en plus énormes, les producteurs effectuent la pollinisation manuelle de leurs sujets les plus prometteurs, puis s’assurent d’obtenir, après le concours, des graines des fruits géants gagnants. Ces graines, une fois semées au printemps, auront besoin d’air, d’humidité et de chaleur pour germer. Pour ensuite donner une chance au coureur, le jeune plant sera placé sous un dôme assez chaud pour croître plus aisément. On comprendra donc que l’ajout du lait au fruit est une légende farfelue… Il s’agit en fait de génétique et de bons soins. Un peu finalement, comme pour toutes les Cucurbitacées. Une famille qui sait nourrir notre plaisir! Sur notre site web, consultez la section sur les recettes à base de courges. Pour en savoir plus sur les potirons géants, consultez le blogue de la journaliste Ève Christian de Radio-Canada.

Découvrez des conseils d’horticulture, de jardinage, et de botanique
Abonnez-vous à l'infolettre Mon jardin

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
1 Commentaire(s)
Portrait de Carmen
Carmen

J'ai lu cet article sur ( Semer la bonne humeur ) trrès intéressant, et j'ai appris des choses au sujet des gourges.

Mr. Philippe Alarie, toujours un plaisir de vous lire, et.... tellement bien rédigé !!

Félicitations !!

Carmen.C.Z.