Blogue

Une saison dans la vie d’un jardin

Jardin de Chine - automne © Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)
Une saison dans la vie d’un jardin

Un calme étrange s’est abattu sur le Jardin de Chine depuis quelques semaines. Avec l’ouverture de la saison 2013, j’avais connu la fébrilité printanière. Tous les midis, nous allions observer les artisans, tantôt belges tantôt chinois, des œuvres végétales que sont les Mosaïcultures. Massés devant leur travail, nous spéculions sur le produit fini! Au Jardin de Chine, j’avais découvert le rythme croissant des visiteurs curieux, nouveaux ou initiés, qui arpentaient, éblouis ce lieu exquis. Que de nouveauté!

De foule, de soleil et de lumières

Avec l’été, je m’étais fait porter par l’envergure du grand événement Mosaïcultures. Partout et tous les jours, des gens de plus en plus nombreux, comblés et admiratifs, fascinés. Combien de fois ai-je arpenté le Jardin botanique simplement pour apprécier tous ces sourires! Bon, il serait malhonnête de ne pas avouer m’être, du même coup, rincé l’œil de ces splendides œuvres qui se révélaient sous un angle nouveau, selon l’heure de la journée et au fil de la saison. Une foule sans relâche déferlait alors au Jardin de Chine. Tant de gens ont pu profiter des animations dans le Pavillon de l’Amitié, des ateliers sur le thé vieilli ou de l’initiation au Taiji et au Qigong. Jardins de lumière a donc franchi la porte sans qu’on s’en rende trop compte, habitués au nombre exceptionnel de visiteurs par les foules de l’été. À mi-parcours, nous avons bien été un peu essoufflés, l’événement connaissant une participation record, notamment lors des dernières fins de semaine des Mosaïcultures. Nous rêvions tous, en secret, du repos qui pointait à l’horizon. Puis j’ai été cette fois happée par le plaisir tout humble, à la tombée de la nuit, d’être témoin privilégiée de ces milliers de visiteurs redevenant enfants devant la Magie des lanternes. Quel extraordinaire privilège que de voir petits et grands apprendre et découvrir, tandis que je leur décrivais l’infinie, mais fragile richesse du Xishuangbanna!

Le calme après la fête

Mais depuis quelques semaines, tout est tranquille! Terminé la fébrilité du printemps, la multitude des sourires estivaux, les visages émerveillés de l’automne. Le Jardin de Chine s’est préparé pour l’hiver; les penjings ont regagné leur serre, les lanternes ont été démontées, bannières et affiches, roulées, les tables à thé, remisées. Puis j’ai refermé une dernière fois les cadenas sur nos pavillons. Ne croyez pourtant pas que notre beau Jardin se cache. Non! Le Jardin de Chine est plutôt replongé dans son calme méditatif et nous offre dorénavant, le temps d’une promenade, une toute différente splendeur, une magnificence renouvelée de son architecture et encore bien des secrets que seule la neige continuera de nous révéler!

Découvrez des conseils d’horticulture, de jardinage, et de botanique
Abonnez-vous à l'infolettre Mon jardin

Partager cette page

Articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :