Menu global

Carnet horticole et botanique

Comment aménager et entretenir un jardin ombragé

Français
Hosta.
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Lise Servant)  
Hosta

Évaluer l’intensité de l’ombre

Pour obtenir un beau jardin ombragé, il faut en premier lieu évaluer l'intensité de l'ombre.

Il peut s'agir de l'ombre légère et mouvante d'un arbre à la cime aérée, de l'ombre dense d'un conifère ou d'une situation intermédiaire. Ces trois cas détaillés ci-dessous regroupent la plupart des possibilités qui existent dans un jardin.

La liste des plantes que nous vous recommandons fait référence, pour chaque espèce, à l'une de ces catégories d'ombrage.

  • Ombre légère

Les plantes disposent de quelques heures d'ensoleillement au cours de la journée. Il s'agit par exemple de l'ombre produite par les arbres à cime aérée comme le févier inerme. L'ombre légère est idéale pour la majorité des plantes figurant dans la liste.

  • Ombre moyenne

Les plantes sont peu soumises à un ensoleillement direct mais reçoivent beaucoup de lumière réfléchie. On trouve ces conditions près d'un mur orienté vers le nord. L'ombre moyenne ne convient pas à toutes les plantes de la liste, néanmoins plusieurs d'entre elles s'y plaisent.

  • Ombre dense

Les plantes reçoivent un peu de lumière réfléchie et ne disposent d'aucun ensoleillement direct. Les arbres à ramure basse et cime dense comme l'épinette de Norvège procurent ce type d'ombre. La combinaison d'un mur orienté vers le nord avec un autre élément comme un arbre crée sensiblement les mêmes conditions. Peu de plantes poussent avec si peu de lumière.

Évaluer les contraintes du site

L'ombre d'un arbre ou d'une structure artificielle n'est pas le seul facteur limitant la croissance des plantes.

Ainsi un jardin situé devant la façade d'un édifice orienté vers le nord, en plus d'être à l'ombre une grande partie de la journée, est soumis à l'action des vents dominants. Les plantes, dépourvues d'un couvert de neige en hiver, sont particulièrement vulnérables aux méfaits du gel et du dégel.

Cultiver des plantes à l'ombre des grands arbres comporte d'autres problèmes. Les racines d'arbres à développement rapide tels que le saule, le peuplier, l'érable argenté et l'érable de Norvège absorbent de grandes quantités d'eau et d'éléments nutritifs essentiels au développement des autres plantes.

Par ailleurs, sous les conifères, le sol est sec, acide et dépourvu de neige protectrice en hiver.

Optimiser les conditions de croissance

Il est préférable de choisir des plantes adaptées aux différentes situations présentes sur votre terrain. Cependant, il est possible d'améliorer les conditions de croissance en amendant le sol et en taillant les arbres.

Amender le sol

Ainsi, la plupart des plantes de milieux ombragés préfèrent les sols légèrement acides et riches en matière organique. Il est bon d'amender le sol en incorporant de 5 à 10 cm de compost.

Pour créer une nouvelle plate-bande ou remonter le niveau du sol, on utilisera un mélange de terre à jardin contenant de la matière organique (terre noire, fumier, compost).

Dans les zones où le sol est compact ou mal drainé, il est possible de créer des plates-bandes surélevées ou d’installer un système de drainage souterrain.

Taille des arbres

Enfin, l'intensité de l'ombre peut être réduite grâce à une taille minutieuse des arbres. Il suffit parfois d'éliminer quelques branches situées près du sol pour favoriser une meilleure pénétration de la lumière. On peut également éclaircir la cime d'un arbre lorsque l'élagage des branches les plus basses ne s'avère pas suffisant. Il est conseillé de procéder de la façon suivante :

  • Élimination des branches mortes, malades ou dangereuses;
  • Élimination des branches verticales ou mal orientées qui gênent le développement de la ramure;
  • Taille des branches primaires et secondaires qui sont trop rapprochées les unes des autres;
  • Ne pas supprimer plus de 20 % de la ramure d'un arbre au cours d'une intervention.

Sous les arbres

Aménager une plate-bande sous la ramure d’un arbre exige certaines précautions. Un rehaussement léger du sol (moins de 15 cm) est généralement sans conséquence si on prend soin de ne pas enterrer le collet (base du tronc) qui risque de pourrir. Il faut éviter de blesser les racines en bêchant le sol directement sous les branches.

Il vaut mieux s’éloigner du tronc et creuser en périphérie de la ramure. Il faut choisir des espèces dont les racines sont superficielles, de préférence de jeunes plants qui s'adaptent plus rapidement que les plants matures.

Si le sol est très acide et compact, on peut y planter des mousses et des plantes en contenants ou encore installer un paillis décoratif.

Entretenir le jardin ombragé

La plupart des plantes d'ombre aiment les sols humides. Une bonne façon de maintenir un taux élevé de matière organique dans le sol est d'utiliser un paillis.

L'ajout de 4 à 6 cm de compost au printemps permet de retenir l'humidité, de limiter le développement des mauvaises herbes et d'augmenter le taux de matière organique dans le sol.

Les plantes indigènes se contentent d'un seul apport annuel de compost. Un sol trop fertile altère leur port naturel.

Pour les plantes plus exigeantes, on peut ajouter au printemps de l'engrais qui agira pendant deux ou trois mois.

Add this