Menu global

Nathalie R. Le François

Français
Nathalie R. Le François
Nathalie R. Le François

B.Sc. Biologie Générale, 1991
Université du Québec à Rimouski (UQAR) 

Ph.D. Océanographie, 1998
INRS Océanologie/UQAR 

  • Professeure associée UQAR et Université Laval
  • Membre des réseaux BORÉAS, CSBQ, AAC, AALSO et RAQ
  • Membre UROQ (Unité de recherche sur les ombles du Québec)
  • URPC_A (Unité de recherche en Physiologie de la Conservation_Anarhichadidés) : UQAR, IML-MPO, Aquarium du Québec et Biodôme de Montréal.
  • Membre WOLFNET (Réseau de recherche sur le loup tacheté) : Norvège, Suède, Islande et Canada
  • Lire ses articles sur notre blogue

Domaines de recherche et d'expertise

  • Éco-physiologie d’espèces de poissons phares des milieux froids (Anarhichadidés, Salmonidés, Gadidés, Notothenioïdés : Notoheniidés et Channichthyidés)
  • Physiologie de la conservation.
  • Systèmes de support à la vie aquatique, aquaculture et développement durable.

À propos de mon travail…

Conseillère scientifique et chercheure au Biodôme depuis 2009, je suis océanographe et écophysiologiste des poissons. Je cherche à comprendre comment les poissons réagissent aux contraintes environnementales, en prenant en compte leurs réponses physiologiques et comportementales. Je suis reconnue comme une experte des poissons de climat froid à statut particulier c’est à dire exploités, menacés ou cultivés. En portant spécialement mon attention sur une espèce, je tente de comprendre son cycle de vie, ses besoins physiologiques spécifiques (reproduction, nutrition, croissance etc.), les effets d’agents perturbateurs et à mieux caractériser ses capacités d’adaptation. Être en mesure de les maintenir en vie en conditions optimales et contrôlées me permet d’approfondir les connaissances, mais aussi d’avoir un moyen concret de préserver l’espèce par une approche s’inspirant de l’aquaculture de la conservation. C’est notamment ce que je fais pour les Anarhichadidés et les poissons des glaces de l’Antarctique, des familles de poissons vulnérables et menacées. J’étudie par exemple, les liens entre leur déclin et les changements climatiques. Les résultats de mes études peuvent alors aider les autorités dans la prise de décision pour leur protection, leur gestion ou encore venir en appui à des programmes de rétablissement. Au Biodôme, je collabore également au développement de systèmes de support à la vie aquatique et au développement de culture de macroalgues. Pour finir, je suis vivement intéressée par le développement durable et le bien-être animal qui font partie intégrante de mon approche expérimentale.

Pourquoi j’aime la recherche…

Passionnée et éclectique, j’ai toujours été attirée par la science appliquée, concrète. Je me sens dans mon élément quand je suis en exploration et que la problématique est bien définie. Dans mon métier, j’apprécie particulièrement les collaborations interinstitutionnelles que je développe à travers le monde et le contact avec les collègues et étudiants. Mes projets, diversifiés, reflètent le large éventail de mes intérêts pour l’environnement aquatique qu’il soit d’eau douce ou d’eau salée… Ils assouvissent ma curiosité tout autant qu’ils contribuent à fournir des pistes de réflexion et des solutions aux problématiques qui me passionnent.

Projets de recherche

  • Ajustements physiologiques et restriction alimentaire chez les poissons (Salvelinus sp. et Anarhichas sp).
  • Développements de techniques de biorémédiation du milieu aquatique: culture et biofiltres de macroalgues et dénitratation sur soufre.
  • Reproduction et embryogénèse chez Chaenocephalus aceratus (blackfin icefish; poisson des glaces) et Notothenia coriiceps (la bocasse noire)
  • Physiologie de la conservation chez les poissons
  • Identifications de marqueurs du stress chez les poissons sauvages et de culture.

Add this

Partager cette page