Menu global

Projets de recherche

Français
Araçari vert (Pteroglossus virens).
Crédit photo : Biodôme
Pteroglossus viridis

Appui aux opérations de maintien des collections

Réduction de la salinité et contrôle des coûts d'opération en lien avec le bien-être des animaux aquatiques et la représentativité de l'écosystème : une étude de cas au Biodôme de Montréal

Afin de se conformer à ses priorités en termes de conservation, de développement durable et de bien-être animal, le Biodôme de Montréal a récemment procédé, dans le grand bassin, à l’évaluation en conditions contrôlées des effets d’une réduction de la salinité ambiante sur des organismes représentatifs de la collection d’espèces regroupées dans l’écosystème du Saint-Laurent marin. Cette mesure s’insérait dans un objectif d’amélioration de la qualité de l’eau et d’une meilleure utilisation des budgets de fonctionnement; elle prenait également en considération les mécanismes d’adaptation physiologique des espèces représentées qui entrent en jeu dans le cas d’une modification de la salinité ambiante. Nos essais réalisés selon une gamme de salinité ont permis de statuer le niveau de salinité optimal pour l’opération de l’écosystème du Saint-Laurent. La salinité a été réduite de 28 à 24 PSU.

Étude du rôle des jeunes dans le comportement d'élevage de l'Araçari vert (Pteroglossus virens)

La reproduction coopérative est observée chez 3,2 % des espèces d’oiseaux. Dans la majorité des cas, l’assistant est un juvénile qui a retardé sa dispersion et est resté sur le territoire parental. Chez l’Araçari vert, c’est la disponibilité des cavités, une contrainte écologique, qui limite la dispersion des juvéniles. Dans un environnement contrôlé au Biodôme de Montréal, trois juvéniles ont été maintenus sur le territoire parental, qui comprenait quatre cavités adéquates pour le gîte et la reproduction. Notre objectif était de vérifier si la disponibilité des cavités pouvait influencer les comportements d’assistance à la reproduction. À l’aide de caméras de surveillance, nous avons quantifié les comportements associés à l’élevage des oisillons à l’intérieur du nichoir. Nos résultats confirment la participation de juvéniles à l’alimentation des oisillons conséquents aux reproductions de deux années consécutives. Ainsi, la forte disponibilité des cavités ne semble pas affecter le comportement d’assistance chez cette espèce.

 

Écologie des espèces et des habitats

Impact de la concentration en oxygène dissous sur la survie, la croissance et le métabolisme de la souche québécoise du loup de mer tacheté

L'objectif de ce projet de recherche est de procéder à un examen des effets de l'hypoxie, de l'hyperoxie et des fluctuations de l'oxygène dissous (OD) sur la survie, la croissance et plusieurs paramètres physiologiques indicateurs de stress et de santé chez les juvéniles du loup tacheté. Le projet veut également mesurer les effets de l’OD ainsi que de la taille et de l'alimentation sur la consommation d'oxygène (MO2) du loup tacheté, afin de mieux comprendre la tolérance de ce dernier aux faibles concentrations d’oxygène souvent observées dans des conditions de captivité et en milieu naturel. Des essais expérimentaux permettront de déterminer la tolérance de la souche québécoise du loup tacheté à l'hypoxie et fourniront des informations sur les impacts des différents niveaux d’OD sur sa croissance et sur ses mécanismes d'ajustement physiologique. Ce projet de recherche comporte également un volet applicable aux contraintes rencontrées dans le milieu naturel par cette espèce menacée et contribuera à notre compréhension des phénomènes liés au déclin des populations naturelles dans les zones hypoxiques du Saint-Laurent.

 

Protection des habitats, conservation de la biodiversité et adoption de comportements responsables face à la nature pour favoriser le développement durable

Évaluation de la réponse au stress de Anarhichas minor et de A. lupus en fonction de la disponibilité d'abris

Les études en cours, effectuées en partenariat avec le New England Aquarium de Boston, portent sur les effets biologiques des « zones d'exclusion » ceinturant les sites de ports méthaniers qui sont envisagées dans les eaux de la Nouvelle-Angleterre. L'interdiction des activités de pêche commerciale et récréative dans ces zones devrait avoir pour effet la réhabilitation des habitats benthiques précédemment ravagés par des décennies de pêche au chalut de fond. Il est couramment admis que l'exposition à un stress chronique peut avoir un impact négatif sur la physiologie et la santé des organismes marins. Un facteur de stress omniprésent dans les milieux marins sous exploitation est la destruction des habitats des espèces, qui est un sous-produit des activités humaines telles que les ports méthaniers et la pêche. En théorie, les années de chalutage et la dégradation de l'habitat benthique aux abords d’un port méthanier ont possiblement suscité un stress chronique chez les espèces vivant dans cet environnement, dû en grande partie à la suppression ou à la destruction de leurs refuges naturels – en particulier chez les poissons et les espèces d’invertébrés plus sédentaires, donc moins aptes à exploiter activement d'autres habitats viables. Dans cette étude, une série de conditions expérimentales contrôlées seront simulées afin d’acquérir une compréhension des effets physiologiques conséquents à l’ajout ou à la suppression d'un abri. L'objectif de cette étude est de comparer les propriétés chimiques du sang au fil du temps, en tant qu’indicateur de l'état physiologique du loup tacheté et du loup atlantique, et en lien avec une série de conditions changeantes impliquant la présence ou l’absence d’un abri ou d’un habitat.

Développement d'un programme de suivi pour cinq espèces menacées au parc national d'Oka

Depuis quelques années déjà, les gestionnaires d’aires protégées font face à un grand défi : répondre à la demande grandissante des utilisateurs, tout en s’assurant de remplir leur mandat de conservation, qui est à l’origine même de la création des parcs. Le parc national d’Oka, situé à proximité de la grande région montréalaise et bien connu pour sa magnifique plage, ne fait pas exception. Situé dans le sud de la province et bénéficiant de températures douces, le parc abrite une biodiversité exceptionnelle. Un inventaire floristique récent a permis d’identifier 14 groupes végétaux abritant 678 plantes vasculaires dont 35 espèces rares. Cette richesse exceptionnelle illustre clairement le rôle primordial que joue le parc d’Oka dans la conservation des plantes rares au Québec. Ce projet vise à identifier un échantillon représentatif des plantes rares du parc afin de mettre en place un suivi qui permette de bien documenter leur évolution et d’assurer leur conservation.

Les quatre groupements floristiques d’intérêt du parc doivent être représentés :

  1. la pinède de pin blanc et de chêne rouge,
  2. les milieux sablonneux ouverts et les hauts rivages,
  3. l’érablière à sucre (à caryer cordiforme),
  4. l’érablière argentée.

Cette démarche, réalisée en étroite collaboration avec les autorités du parc, est adaptée aux besoins et à la capacité de suivi existant au sein de cette aire protégée.

Terres épuisées, santé précaire (PLUPH)

Un projet portant sur une utilisation plus durable des terres pour des communautés vivant d’agriculture familiale en milieu tropical humide, afin d’améliorer la santé humaine.

Ce projet de recherche vise à réduire la gravité de deux problèmes de santé émergents et synergétiques au sein des populations vivant d’agriculture familiale en Amazonie brésilienne : l’exposition au mercure par la consommation de poissons contaminés et la transmission de la maladie de Chagas par contact direct avec les triatomines, insectes vecteurs d’un protozoaire pouvant être létal. De récentes études montrent que ces deux risques à la santé humaine, qui peuvent sérieusement affecter les fonctions immunologiques, neurologiques et cardiaques, semblent directement reliés à la dégradation rapide et répandue de l’environnement, tout particulièrement au déboisement grandissant causé par les pratiques de brûlis de la forêt tropicale humide.

Le projet PLUPH, acronyme pour Poor Land Use, Poor Health, propose de contribuer à la prévention primaire de la santé humaine au moyen de l’implantation et de l’étude de plantations durables dans des communautés pilotes typiques de la région de la rivière Tapajos. Il est mené par une équipe interdisciplinaire composée de chercheurs universitaires du Brésil et du Canada, de représentants du gouvernement brésilien œuvrant en agrodéveloppement au niveau des pratiques de colonisation et de la santé humaine, ainsi que de leaders d’opinion des communautés locales.

De l’échelle locale à l’échelle régionale 

Une recherche participative visant à comprendre les sources, la circulation et l’impact du mercure en Amazonie brésilienne afin de bâtir des solutions adaptées aux diversités des écosystèmes et des populations.

Cette recherche constitue la troisième phase d’un projet réalisé dans la région de Tapajos en Amazonie brésilienne. Comme il a été démontré que les pratiques culturales utilisées dans cette région sont les principales sources de contamination au mercure, ce projet proposait une modification de la diète des habitants locaux afin de favoriser la consommation de poissons herbivores moins contaminés que les poissons carnivores. Les pratiques culturelles ont été étudiées afin de mieux comprendre la dynamique sociale, économique et environnementale dans le contexte de la contamination par le mercure.

  

Problèmes de faune urbaine

Contrôle des populations de castors par vasectomie

Le castor, Castor canadensis est bien présent dans certaines régions du Québec et il peut devenir une vraie nuisance dans les zones peuplées. L’objectif de ce projet est de conserver les sujets dans leur habitat, tout en limitant leur nombre. Les jeunes ont tendance à peupler des espaces inadéquats lorsqu’ils quittent la hutte familiale. La vasectomie des mâles est employée pour stériliser les individus, en s’assurant de ne pas influencer leur comportement territorial normal. Un des buts est aussi de suivre ces couples sur une période de temps et de voir s’ils perdurent, malgré l’absence de jeunes.

Sérologie des ratons laveurs et dynamique de leur population

Depuis 1993, deux populations de ratons laveurs, Procyon lotor, sont à l’étude dans le parc naturel du Cap-Saint-Jacques et dans celui de L’Île-Bizard, situés dans l’ouest de l’île de Montréal. Les animaux sont capturés vivants à l’aide de pièges de style Havahart. Ils sont alors vaccinés contre la rage et la maladie de Carré canine, puis une puce d’identification est insérée sous la peau et on effectue un prélèvement de sang. À tous les deux ans, les ratons sont capturés à nouveau et une seconde prise de sang est faite, puis analysée en sérologie. On peut alors déterminer leur niveau de protection contre le virus de la rage, variante raton laveur, qui est présent au Québec depuis 2006.

 

Add this

Partager cette page