Blogue

À l’écoute de la vie secrète des paresseux

Soins au paresseux
À l’écoute de la vie secrète des paresseux

Il est 8 h 45, on se prépare à l’arrivée des premiers visiteurs. La mission est claire, l’objectif simple, mais l’importance est capitale. Trouver les paresseux! Oui, je sais, on a fait la blague des millions de fois… On ne parle pas des employés, mais bien des paresseux à deux doigts qui habitent la canopée de la forêt tropicale du Biodôme.

Où sont les paresseux?

Il faut l’avouer, la vie secrète de ces mammifères un peu hors-norme attire l’attention de tous. Pour le profit des visiteurs, l’équipe d’animation cherchera la position des individus « visibles » à chaque jour. Nos cinq individus ont bien des sites de repos favoris, mais d’un jour à l’autre, d’une saison à la suivante, les sites changent. Un visiteur occasionnel devra compter sur l’aide d’un animateur pour voir un animal, tandis que les visiteurs réguliers se plairont à suivre leur déplacement d’un site à l’autre. En fin de journée, il est parfois possible de les observer quand ils se promènent, accrochés à la structure de la verrière.

Un suivi à la trace

L’équipe d’animaliers suit quotidiennement leur bien-être grâce à des indices qu’il faut souvent interpréter. La routine des paresseux comprend une période active d’environ 3 à 5 heures par jour et elle se situe habituellement entre 19 h et 3 h. À ce moment, les lumières de l’écosystème sont éteintes, le Biodôme est fermé et les animaliers ne sont plus au travail. Les paresseux et les animaliers ne travaillent pas sur les mêmes horaires, mais ceci ne les empêche pas de se laisser des messages. Consommation de nourriture, excrément au sol, branches cassées, choix du site de repos sont tous des éléments qui traduisent les habitudes des paresseux. On peut alors modifier les diètes selon leurs préférences ou leurs besoins, faire des analyses en laboratoire sur leurs déjections ou simplement couper des branches pour modifier les accès à la canopée.

Au travail pour les paresseux

Jamais nous n’avons ralenti pour le bien-être de nos paresseux! Ils ont été l’objet de nombreuses rencontres, d’échanges entre institutions zoologiques, de partages d’expertises… Nous avons travaillé des nuits complètes pour les observer, réalisé des miracles lors de chirurgies vétérinaires et analysé plusieurs de leurs habitudes discrètes. Curieusement, notre grande fierté est de voir un paresseux recroquevillé en boule au sommet d’un arbre; calme, détendu et endormi. Nous y voyons le signe qu’il se porte bien et que notre travail lui convient.

Pour apprécier vous aussi les paresseux à deux doigts et les localiser, n’hésitez pas à demander l’aide d’un animateur. N’oubliez surtout pas qu’il faut prendre son temps, pour savourer chaque aspect de la vie de cet animal hors du commun.

Vous souhaitez vous impliquer?
Abonnez-vous à l'infolettre À nous d'agir

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous