Blogue

Le télescope spatial James Webb, un observatoire unique et complexe

Vue d’artiste du télescope spatial James Webb
Credit: NASA
Artist's view of the James Webb Space Telescope
  • Artist's view of the James Webb Space Telescope
  • The primary mirror of the James Webb Space Telescope
Le télescope spatial James Webb, un observatoire unique et complexe

La mise en service du télescope spatial James Webb en 2022 amorcera une nouvelle ère en astronomie. Cet observatoire complexe permettra de scruter l’Univers comme aucun autre télescope spatial ne l’a fait jusqu’à maintenant.

Un développement long et ardu

Le développement de cet observatoire a débuté dans les années 1990 pour remplacer le télescope spatial Hubble. Il devait être lancé en 2008, mais de multiples péripéties et la grande complexité du télescope ont entraîné de nombreux délais dans sa conception ainsi qu’une explosion des coûts. Après plus de 25 ans de développement, de planification et un coût final de 10 milliards de dollars, ce précieux télescope entrera finalement en fonction au cours de l’année 2022.

Les caractéristiques du télescope James Webb

Le télescope spatial James Webb possède un miroir principal de 6,5 m comparativement à 2,4 m pour le télescope Hubble. Il captera sept fois plus de lumière que ce dernier. Le miroir est composé de 18 segments hexagonaux en béryllium recouvert d’une fine couche d’or. Sa résolution lui permettra de voir des objets 100 fois plus faibles que Hubble.

Le télescope observera principalement en lumière infrarouge. Il sera donc très sensible aux différentes sources de chaleur parasites. Il doit alors se protéger des sources de lumières intenses que sont le Soleil, la Terre et la Lune. C’est pour cette raison que l’observatoire sera placé à 1,5 million de km de la Terre (un endroit appelé le point de Lagrange L2 qui permet au télescope d’être en équilibre gravitationnel avec le Soleil et la Terre). Un immense pare-soleil de la grandeur d’un terrain de tennis protégera en permanence le télescope des différentes sources de chaleur et le maintiendra à une température de -233 C.

Conçu conjointement par les agences spatiales américaine, européenne et canadienne, le télescope Webb sera équipé de quatre instruments. L’un d’eux a été élaboré par des chercheurs canadiens sous la supervision du Pr René Doyon, directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes à l’Université de Montréal. Cette contribution permettra à des astronomes canadiens d’obtenir du temps d’observation garanti avec le télescope Webb.

À quoi servira le télescope James Webb?

Les objectifs de la mission du télescope James Webb sont ambitieux et vont mettre à profit sa sensibilité à la lumière infrarouge pour observer des objets froids (comme des planètes et la poussière autour d’étoiles) ou très lointains. Lorsqu’on parle d’objets lointains cela veut aussi dire très anciens.

Plus spécifiquement le télescope Webb servira à :

  • Rechercher les premières étoiles et galaxies formées après le big bang il y a plus de 13 milliards d’années;

  • Mieux comprendre la formation et l’évolution des planètes, des étoiles et des galaxies;

  • Étudier les planètes externes et les objets aux confins du Système solaire;

  • Étudier les exoplanètes tournant autour d’autres étoiles;

  • Rechercher les signatures biologiques dans l’atmosphère d’exoplanètes pour déterminer s’il y a des formes de vie.

Un télescope pour les générations futures

Les observations scientifiques commenceront six mois après le lancement du télescope lorsque la calibration de tous les systèmes sera complétée. Débutera alors la mission à proprement parler qui devrait durer 10 ans ou jusqu’à ce que le combustible qui maintient l’observatoire en position sera épuisé.

Les attentes sont élevées, mais on peut anticiper que le télescope spatial James Webb marquera l’imaginaire collectif comme l’a fait le télescope Hubble. Il va surtout permettre à une nouvelle génération d’astronomes d’effectuer de nombreuses découvertes et nous aider à mieux comprendre l’Univers dans lequel nous vivons.

 

Pour plus d'information sur l'observation de planètes, constellations, et phénomènes astronomiques
Abonnez-vous à l'infolettre À ciel ouvert

Partager cette page

Suivez-nous !

Abonnez-vous pour recevoir par courriel :
2 Commentaire(s)
Portrait de Héléne Bibeau
Héléne Bibeau

Bonne chance !

Portrait de jean bergeron
jean bergeron

Laval QC. lat=45.612499 long= 73.7067092
Bonjour. SVP Question? et une réponse. Merci.
Pourquoi à Laval ou j'habite dans un ciel bleu foncé clair sans étoiles ( on n'en voit pas beaucoup à Montréal à cause de la luminosité) il y a presque franc sud dans le ciel un genre de planète ou autre gros et très brillant seule, c'est quoi ça?

Portrait de jean bergeron
jean bergeron

Laval QC. lat=45.612499 long= 73.7067092
Bonjour. SVP Question? et une réponse. Merci.
Pourquoi à Laval ou j'habite dans un ciel bleu foncé clair sans étoiles ( on n'en voit pas beaucoup à Montréal à cause de la luminosité) il y a presque franc sud dans le ciel un genre de planète ou autre gros et très brillant seule, c'est quoi ça?

Ajouter un commentaire
Portrait de Anonymous