Menu global

Les marais épurateurs

Français
Les marais épurateurs - Jardin botanique de Montréal
Crédit photo : Espace pour la vie (Mathieu Rivard)
Les marais épurateurs
  • Les marais épurateurs
  • Les marais épurateurs
  • Les marais épurateurs
  • Les marais épurateurs

La purification naturelle de l’eau

Les marais épurateurs, ou marais filtrants, sont une alternative aux fosses septiques, aux champs d’épuration et à une connexion aux systèmes d’égouts. Ils revêtent de multiples avantages : ils demandent peu d’entretien, sont peu coûteux, ne nécessitent aucun produit chimique, permettent d’héberger la faune locale, ne nuisent pas au paysage et requièrent peu ou pas d’énergie. Et ils sont entièrement naturels… quoique le résultat d’une intervention humaine.

Comment un marais épurateur fonctionne-t-il?

Un marais filtrant utilise les facultés épuratoires naturelles des plantes aquatiques et de leur milieu pour assainir l’eau. Il fait appel aux racines des plantes ainsi qu’aux bactéries et microorganismes présents pour décomposer des substances nocives tels déchets d’animaux, pesticides et autres produits chimiques en des matières non toxiques, avant qu’elles n’atteignent un étang, un ruisseau, une rivière ou un lac.

Saviez-vous que...

Les scientifiques du Jardin botanique ont été les premiers et premières à introduire des marais filtrants au Québec dans les années 1990. Cette phytotechnologie est toujours fonctionnelle à la plage Jean-Doré et à la Biosphère où elle traite les eaux usées des toilettes et des lavabos issues du musée.

Le Jardin aquatique et son marais épurateur

Le Jardin aquatique, construit il y a plus de 80 ans selon les plans de Henry Teuscher, a une composante phytotechnologique qui permet aux matières organiques et aux fertilisants du bassin d’eau central d’être purifiés par une collection de plantes aquatiques que l’on retrouve dans deux marais filtrants. Il s’agit d’une solution naturelle et hautement performante.

La station des marais épurateurs du Jardin botanique de Montréal est financée grâce au soutien de RBC et de l’Association minière du Québec.

Add this