Menu global

Carnet horticole et botanique

Taille des arbres feuillus

Français
Bouleau à papier (Betula papyrifera)
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Gilles Murray)
Betula papyrifera.

Ces quelques recommandations vous indiquent comment et quand tailler vos arbres feuillus. L’âge de l’arbre et la période de l’année sont deux éléments importants à considérer lorsque vous devez procéder à une taille.

Précocité de la taille

La dimension des plaies de coupe a une incidence sur la vitesse à laquelle elles peuvent se refermer. Ainsi, plus le diamètre d'une blessure est important, plus son recouvrement par le bourrelet cicatriciel est lent, ce qui augmente les risques d'infection. Par conséquent, il est préférable de tailler les arbres lorsqu'ils sont jeunes pour n'avoir à couper que des branches de faible diamètre (moins de 4 cm). 

Sévérité de la taille

Il ne faut jamais enlever plus de 20 % de la ramure (ensemble des branches, des rameaux et du feuillage) d'un arbre à chaque année. En limitant la taille de cette manière, on assure son bon développement et maximise son espérance de vie.

L'étêtage ou la taille des arbres en boule est à proscrire. Cette taille sévère entraîne les conséquences suivantes :

  • Elle détruit totalement l'esthétique de l'arbre;
  • Elle affaiblit sa structure en favorisant la croissance de nombreux gourmands;
  • Elle accroît sa vulnérabilité aux insectes et aux maladies;
  • Elle diminue considérablement son espérance de vie.

La taille des jeunes arbres feuillus

Taille à la plantation

Cette taille se résume à la suppression des branches mortes, malades, brisées ou endommagées.

Taille de formation

Cette taille débute l'année suivant la plantation et se poursuit pendant environ 5 ans. Elle vise à doter l'arbre d'une charpente solide et équilibrée, tout en respectant son port naturel.

Maintien du prolongement de l'axe central

  • Le prolongement de l'axe central d'un arbre porte le nom de flèche terminale. Afin de permettre à l'arbre de s'élever et de former un tronc bien droit, maintenez la dominance de cette flèche en raccourcissant ou en supprimant les branches concurrentes. La flèche terminale doit toujours dominer d'au moins 15 cm les autres branches.
  • Si l'axe central se subdivise (fourche au sommet), conservez la branche qui a la meilleure orientation (il s'agit habituellement de celle qui est la plus centrée par rapport au tronc) et coupez complètement ou partiellement les autres. Les fourches engendrent des problèmes de structure qui peuvent occasionner des bris considérables.
  • Si la flèche terminale est cassée, endommagée ou très faible ou encore si le bourgeon terminal est mort, reconstituez un prolongement à partir d'une branche latérale vigoureuse. Si la branche latérale la mieux située est oblique, coupez la flèche endommagée le plus près possible de cette branche. Redressez ensuite la branche latérale en la fixant à un tuteur enfoncé dans le sol. Après deux ou trois ans, vous pourrez retirer le tuteur. Si l'arbre possède une branche latérale presque verticale, supprimez la flèche endommagée juste au-dessus de cette branche. Cette dernière se redressera avec le temps et prendra le relais de l'ancienne flèche.  
  • Chez les espèces à port pyramidal ou érigé, telle que le tilleul (Tilia spp.), maintenez la dominance de la flèche pendant toute la période de formation. Chez les arbres à port arrondi ou étalé, comme l'érable de Norvège (Acer platanoides), maintenez la dominance de la flèche jusqu'à ce que la couronne (section inférieure de la remure d'un arbre) ait été élevée à la hauteur désirée.
  • Ne coupez jamais la flèche terminale d'un arbre sans raison majeure, car vous risquez d'affaiblir sa structure et de détruire son port naturel.

 

Réparation d'une flèche terminale brisée avec un tuteur

 

 

Réparation d'une flèche terminale brisée sans tuteur

 

Sélection et traitement des branches primaires (charpentières)

  • Il s'agit de sélectionner 4 à 10 branches qui deviendront les branches maîtresses de l'arbre. Cette sélection peut s'étendre sur plusieurs années.  
  • Choisissez des branches réparties tout autour du tronc et espacées d'environ 30 cm les unes des autres.  
  • Lorsque plusieurs branches sont situées à la même hauteur sur le tronc, la solidité et l'équilibre de ce dernier en sont affectés. Conservez la branche la mieux orientée et éliminez les autres de façon graduelle.  
  • Supprimez les branches qui forment un angle trop aigu avec le tronc (moins de 30 °), sauf si l'arbre à un port colonnaire ou fastigié, comme le chêne pédonculé ‘Fastigiata' (Quercus robur 'Fastigiata'). Ces branches risquent de concurrencer la flèche terminale, d'entrer en contact avec d'autres branches ou de se déchirer.  
  • Les branches trop grosses (plus de la moitié du diamètre du tronc) doivent être supprimées. Procédez de manière graduelle, en les raccourcissant de plus en plus. De cette façon, vous ne risquez pas d'affaiblir l'arbre en lui enlevant une trop grande partie de son feuillage.  
  • Taillez les branches primaires de manière à respecter le port naturel de l'arbre. De façon générale, les branches du bas doivent être maintenues plus longues que celles situées dans le haut de la cime (section supérieure de la ramure d’un arbre), afin d'obtenir une charpente solide et de favoriser un ensoleillement optimum.

 

Répartition verticale des branches

 

 

Répartition des branches - vue en plongée

 

Élévation de la couronne

Les branches d'un arbre demeurent toujours à la même hauteur par rapport au sol; elles ne s'élèvent pas quand l'arbre grandit. C'est la taille qui permet d'amener la couronne (section inférieure de la ramure d’un arbre) à la hauteur désirée.

Pour assurer une meilleure solidité du tronc, il est recommandé d'enlever les branches qui poussent sur le premier tiers de l'arbre, mais jamais davantage. À maturité, les arbres à grand déploiement devraient être dénudés sur une hauteur minimale de 2 m.

Supprimez progressivement les branches basses de l'arbre. Les branches et rameaux fins situés sous les branches charpentières contribuent à la croissance en diamètre du tronc et protègent ce dernier contre les insolations et les blessures mécaniques. Ces branches temporaires doivent être maintenues suffisamment courtes pour ne pas concurrencer les branches permanentes.

Dans certains cas, une branche basse pourrait se développer en longueur jusqu’à bloquer un passage ou une voie d’accès. Il faut anticiper le degré de nuisance d’une branche et l’enlever lorsqu’elle a un faible diamètre. Il ne faut pas attendre le moment où elle devient nuisible.

 

Taille d'entretien

Cette taille périodique vise à préserver la santé et la vigueur de l'arbre. Elle consiste à:

  • Éliminer les branches mortes, cassées, endommagées ou malades ainsi que les chicots (partie restante d’une branche ou d’un rameau coupé trop loin du tronc ou brisé) dès que vous constatez leur présence est constatée.
  • Supprimer les gourmands et les rejets le plus rapidement possible.
  • Tailler les branches poussant vers l'intérieur, celles qui frottent les unes sur les autres ou qui sont nuisibles.
  • Tailler les branches ou rameaux trop rapprochés.

La taille des arbres feuillus matures

Les arbres qui ont été bien choisis et bien formés nécessitent très peu de taille. L'élagage se limite normalement à l'enlèvement des branches mortes, malades, brisées, nuisibles, faibles ou interférentes ainsi qu'à la suppression des chicots, des gourmands et des rejets.

Période de taille des jeunes arbres et des arbres matures

Périodes recommandées

Au Québec, la taille s’effectue idéalement de la mi-juin jusqu'à la fin de juillet. L’arbre a ainsi suffisamment de temps pour amorcer la fermeture des plaies de coupe et pour activer son mécanisme naturel de défense (compartimentage) visant à isoler la zone blessée contre les agents pathogènes (maladies).

Les très petites branches (moins de 1 cm de diamètre) peuvent cependant être taillées à tout moment, entre autres au printemps, avant l'apparition des feuilles, ou au début de l'élongation des branches. La structure de l'arbre est alors bien visible et permet notamment d'intervenir si une fourche est repérée chez un jeune arbre (consultez la section Taille de formation).

Les branches mortes, malades, brisées ou endommagées peuvent être supprimées en tout temps.

Note: les périodes de taille peuvent différer pour les arbres fruitiers.

Périodes à éviter

La taille des arbres ne devrait généralement pas être pratiquée au début de la saison de croissance qui correspond à une forte activité de construction des tissus. Une taille effectuée à cette période peut entraîner un écoulement de sève abondant qui affecte les réserves de l’arbre et elle peut aussi augmenter les risques de maladies.

Par ailleurs, tailler de grosses branches (plus de 4 cm de diamètre) en début de saison résulte très souvent en une production de nouvelles pousses autour de la plaie, ce qui oblige à intervenir de nouveau.

Il faut éviter de tailler les arbres en période de canicule et de sécheresse.

Il n'est pas recommandé d’effectuer la taille à l'automne, car le compartimentage ne se fait pas assez rapidement à ce moment de l’année et la blessure de coupe sera soumise au froid hivernal.

La taille en période de grands froids (janvier et février) est aussi à proscrire, car elle expose au gel des tissus non protégés.

Découvrez des conseils d’horticulture, de jardinage, et de botanique
Abonnez-vous à l'infolettre Mon jardin

Add this

Partager cette page