Menu global

L’Érablière des Laurentides au Biodôme

Français
Lynx du Canada (Lynx canadensis)
Crédit photo : claudelafondphoto.com
Lynx du Canada (Lynx canadensis).
  • Lynx du Canada (Lynx canadensis).
  • L’Érablière des Laurentides au Biodôme
  • L’Érablière des Laurentides au Biodôme
  • L’Érablière des Laurentides au Biodôme

La visite de l’Érablière des Laurentides du Biodôme de Montréal est une idée de sortie parfaite pour observer une forêt typiquement québécoise, à quelques stations de métro du centre-ville! Ici, on s’amuse en famille à chercher le lynx dans son habitat et on s’émerveille devant l’habileté des ratons laveurs!

En franchissant les portes de l’Érablière des Laurentides du Biodôme de Montréal, on entend couler un ruisseau entre les érables et les sapins alors que plonge une loutre de rivière. Il faut rester attentif, car elle peut rester jusqu’à quatre minutes sous l’eau. Plus loin, un castor s’active à son barrage sous l’œil d’un autre rongeur, le porc-épic, habituellement juché tout en haut de son arbre. Étendu sur un rocher, un lynx s’étire dans un rayon de soleil... Un spectacle que les amoureux des animaux observent attentivement, car ces moments précieux sont habituellement difficiles à capter en forêt.

Du haut de la passerelle, la vue est imprenable sur cette forêt mixte (feuillus et conifères). On y saisit bien la diversité du milieu qui, en plus des mammifères, abrite plusieurs espèces de poissons, de grenouilles, de tortues et d’oiseaux.

Au fil des quatre saisons au Biodôme

Le paysage qui accueille les animaux de la forêt des Laurentides suggère une succession de milieux terrestres et aquatiques : forêt mature, ruisseau de montagne, étang de castors, forêt en régénération, marécage, etc.

Les rochers imitent du gneiss qui, dans la nature, a été formé dans les grandes profondeurs de la Terre et façonné sous de fortes pressions et températures.

Cet écosystème a la particularité de s'éveiller, de fleurir, de se colorer et de s'endormir au rythme des saisons. Comme en nature, ce sont principalement les variations de la durée du jour qui déclenchent l'entrée en dormance des végétaux vers la fin de l'été. C’est à ce moment que les arbres se parent de leurs couleurs d’automne. Mais, au Biodôme de Montréal, l’été s’étire plus longtemps, car on maintient une température plus clémente qui nous rappelle presque celle de l’été indien.

Dans les coulisses du Biodôme

Si l’automne prend son temps, le printemps est hâtif au Biodôme de Montréal! L'Érablière des Laurentides démontre à merveille la capacité d'adaptation des êtres vivants aux contrastes de température.

Au Biodôme comme en nature, la diminution de la durée du jour annonce l’arrivée prochaine du court hiver qui est maintenu pendant 8 à 12 semaines. C’est à cette période que les végétaux entrent en dormance et que les feuilles tombent. C’est d’ailleurs dans cet écosystème que les variations de température se font le plus sentir, atteignant 25 °C au plus fort de l'été pour être abaissée progressivement jusqu'à 4 °C la nuit et 9 °C le jour en hiver, afin de maintenir l’état de « dormance » des végétaux. Puis, alors que les journées rallongent et que le mois de mars arrive, la température est remontée à 12 ºC la nuit et à 16ºC le jour, ce qui est en général efficace pour provoquer la fin de la dormance et faire du Biodôme le premier endroit où l’on peut savourer le retour du printemps à Montréal!

Quelques faits et chiffres

  • L’Érablière des Laurentides s’apparente à celles que l'on pourrait observer en descendant une montagne dans le parc de la Mauricie.
  • Les principaux feuillus et conifères des Laurentides poussent dans l’écosystème, dont l'érable à sucre et le bouleau jaune, de même que des conifères, dont le sapin et l'épinette blanche.
  • L’écosystème occupe une superficie d’environ 1 500 m² avec plusieurs habitats terrestres et aquatiques.
  • L'humidité relative oscille entre 45 % et 90 %.
  • Au Biodôme comme en nature, la durée de la dormance varie selon les espèces et l'origine géographique de celles-ci. C’est la diminution de la photopériode qui est le principal facteur pour que les végétaux tombent en dormance. Au Québec, les plantes passent de l’état de dormance à l’état de quiescence autour du mois de janvier. C’est durant cette période que le maintien des basses températures empêche le « débourrement ». Au Biodôme, les températures remontent vers le mois d’avril et, quelques semaines plus tard, les feuilles apparaissent dans les arbres.

Le Biodôme, bien plus qu'un musée!

Grâce à son importante collection d’animaux et de plantes, le Biodôme est un terrain fertile pour la conservation d’espèces au Québec. En effet, les équipes de chercheurs du Biodôme et différents collaborateurs s’impliquent activement dans plusieurs programmes de conservation, dont ceux de la tortue des bois, du chevalier cuivré, de la rainette faux-grillon, de l’ail des bois et du ginseng à cinq folioles. Dans le cas de l’ail des bois et du ginseng à cinq folioles, il y a aussi un programme de restauration afin de prévenir leur disparition et de favoriser leur réintroduction en milieu naturel.

Add this

Partager cette page