Menu global

Oeuvres d’art à voir au Planétarium

Français
Le cadran solaire van der Heide est une oeuvre de l'artiste néerlandais Herman J. van der Heide (1919-1998)
Crédit photo : Planétarium de Montréal (Sophie DesRosiers)
Cadran solaire équatorial.
  • Cadran solaire équatorial.
  • Statue de Nicolas Copernic.

Le cadran solaire van der Heide

Notre cadran solaire est une œuvre de l'artiste néerlandais Herman J. van der Heide (1919-1998). Il a été offert à la ville de Montréal par les citoyens de la ville de Rotterdam, aux Pays-Bas, en 1967, lors du 325e anniversaire de Montréal.

La base du cadran solaire van der Heide fait 2,8 mètres de hauteur, sa table horaire a un diamètre de 2,68 mètres et son style a une hauteur de 2,8 mètres. Fabriqué d'acier et d'aluminium, il pèse 2,6 tonnes métriques.

La plus ancienne horloge

Le cadran solaire est un des premiers objets qui aient été conçu pour mesurer le temps en utilisant le déplacement apparent du Soleil dans le ciel. Il est formé d'une base, d'une table dont le plan est parallèle au plan de l'équateur et d'un style, qui est perpendiculaire à cette table.

Des lignes horaires sont dessinées sur la table et l'ombre portée par le style permet de lire l'heure solaire. Ici, l'ombre projetée par le style sur la table graduée indique l'heure normale de l'Est.

Notre cadran solaire est une variation du cadran solaire équatorial. Sa particularité? Il est incliné de 15 degrés par rapport à une orientation normale.

Le monument à Nicolas Copernic

Cette statue de bronze de l’astronome Nicolas Copernic est une réplique de l'œuvrel'oeuvre du célèbre sculpteur danois, Bertel Thorvaldsen (1770-1844). Il s'agit d'un premier tirage réalisé à partir du plâtre original, initialement offert à la ville de Montréal en 1966 par la communauté polonaise pour commémorer le centenaire de la Confédération canadienne.

Qui est Copernic?

Astronome polonais ayant vécu de 1473 à 1543, Nicolas Copernic est le fondateur de l'astronomie moderne. Il a été le premier à émettre l'hypothèse que la Terre et les autres planètes tournent autour du Soleil. Son nouveau modèle, appelé héliocentrique, permettait d'expliquer une foule d'observations. Évidemment, sa proposition a été contestée pendant de nombreuses années, pour finalement s'imposer dans la communauté scientifique.

D'Expo 67 au Planétarium

À l'origine, le monument avait été placé devant le pavillon thématique L'Homme interroge l'Univers à Expo 67. Après la fermeture du site, il a été transféré dans les jardins du Planétarium Dow en 1968. Il y est demeuré jusqu'en octobre 2013, alors qu'il a été déménagé devant le Planétarium, un emplacement digne de cet astronome visionnaire.

Add this