Menu global

Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme

Français
Amblyraja radiata
Crédit photo : Biodôme de Montréal (Jesse Bouffard)
Raie épineuse (Amblyraja radiata)
  • Raie épineuse (Amblyraja radiata)
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme
  • Le Golfe du Saint-Laurent au Biodôme

Le Saint-Laurent, ce fleuve immense, regorge de trésors insoupçonnés. C’est une destination voyage populaire au Québec, mais le connaît-on vraiment? Le Biodôme de Montréal offre justement une occasion unique d’explorer de plus près toute la richesse du golfe du Saint-Laurent. Une sortie étonnante à faire en plein centre-ville de Montréal!

Fascinants animaux marins du Biodôme

Le parcours dans ce paysage québécois offre un regard unique sur la vie sous-marine. On peut y observer à loisir des centaines de poissons d’une quinzaine d’espèces, dont l’esturgeon, la morue, le bar rayé, le saumon et même des raies! Alors, quand vient le temps de trouver une sortie amusante pour les enfants un jour de pluie, c’est au Biodôme de Montréal qu’il faut venir!

En refaisant surface au-dessus de la vie sous-marine, l’écosystème du Golfe du Saint-Laurent au Biodôme de Montréal éveille les sens. Les narines des visiteurs sont rapidement titillées par l’air salin, leurs oreilles captent le cri d’une mouette et ils perçoivent une certaine fraîcheur, même en été. L’illusion est presque parfaite : on se croirait quelque part au bord du golfe du Saint-Laurent, tout près de cette véritable mer intérieure.

En plus de son grand bassin, cet écosystème présente aussi différents habitats. On peut en effet y voir un marais côtier, des falaises escarpées et un littoral rocheux au fond duquel vivent des invertébrés.

C’est ici que les jeunes et les moins jeunes découvrent avec bonheur les étoiles de mer, les anémones, les concombres de mer, les buccins, les oursins et les crabes. Une activité idéale pour les enfants comme pour les grands!

Dans ce décor qui rappelle la Côte-Nord ou la Gaspésie, des mouettes, des guillemots et des sternes vont et viennent entre le marais côtier et les parois escarpées des falaises. Le genévrier commun et les pins gris croissent dans les anfractuosités de la roche. Dans l’écosystème du Golfe du Saint-Laurent, on peut aussi reconnaître certaines plantes qui poussent entre milieux marin et terrestre comme l’iris à pétales aigus, la livèche écossaise (persil de mer) et l’élyme des sables (seigle de mer). Du haut de la passerelle et à partir de la mezzanine, le coup d’œil sur ce paysage est encore plus saisissant.

Prouesse technique en coulisse

Le grand bassin de l’écosystème du Golfe du Saint-Laurent contient 2,5 millions de litres « d'eau de mer » fabriquée sur place. L'eau de ce bassin géant est maintenue à une température de 10 °C et à une salinité de 24 grammes de sel par litre d'eau. Pour maintenir cette eau propre, il y a un système de filtration de l’eau et des plongeurs qui nettoient le bassin plusieurs fois par semaine. Ce nettoyage par filtration s’effectue en trois étapes continues soit : une filtration mécanique (filtres à sable), une filtration biologique et une purification par mise en contact avec de l'ozone.

Sous la loupe des chercheurs du Biodôme

Dans l’écosystème du Golfe du Saint-Laurent, bien cachés derrière les murs, plusieurs bassins permettent à l’équipe du Biodôme de Montréal de se rapprocher d’espèces qui sont parfois difficiles à observer en nature. Cette proximité leur a notamment permis de réaliser des recherches sur le loup tacheté, une espèce de poissons présente dans les eaux golfe du Saint-Laurent au Québec. Ils ont également étudié les effets de différents changements environnementaux sur eux comment celui du niveau d’oxygène dans l’eau et de la disponibilité des abris.

Faits et chiffres

  • L’écosystème du Golfe du Saint-Laurent présenté au Biodôme de Montréal occupe une superficie d’environ 1 600 m².
  • L’air ambiant est maintenu à une température beaucoup plus clémente que celle du milieu naturel : en été, 20 °C le jour et 14 °C la nuit; en hiver, 10 °C le jour et 6 °C la nuit.
  • L'humidité relative y est beaucoup plus élevée en été (60 à 70 %) qu'en hiver (23 à 30 %).
  • Dans cet écosystème, les rochers imitent du granite pour recréer un paysage façonné par les glaces et des millions de gels et de dégels successifs.

Add this

Partager cette page