Menu global

Jardins du Jardin japonais

Français
Le Jardin sec est un jardin minéral, d’inspiration zen
Crédit photo : Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay)
Jardin sec du Pavillon japonais
  • Jardin sec du Pavillon japonais
  • Cour des bonsaïs
  • Jardin de thé
  • Jardin de thé

Le Jardin japonais du Jardin botanique de Montréal se compose de plusieurs jardins. Ceux-ci sont propices au calme et à la contemplation.

Le Jardin de promenade

Réalisé en 1988, le jardin de promenade (kaiyushiki teien) est un jardin d’ambiance. Le public le découvre sous la forme d’une succession de paysages visibles au détour d’un sentier, en traversant l’un des ponts ou en prenant place dans l’un des pavillons.

On y trouve un étang ainsi qu’une série de cascades et de ruisseaux qui incarnent la vie et le renouveau.

Dans ce jardin, les arbustes et les arbres sont minutieusement taillés. Au fil des saisons, les floraisons et les coloris se succèdent, agrémentant ainsi l’expérience du public.

Le Jardin sec

Le dépouillement d’un jardin sec (karesansaui) favorise l’introspection. Ce n’est pas un lieu de méditation, mais plutôt de contemplation pour le visiteur ou la visiteuse immobile. Ses origines remontent à la fin du 12e siècle. Il a été développé par les moines bouddhistes zen.

Notre jardin sec, conçu par Ken Nakajima et réalisé en 1988, se compose de onze pierres et de sable granitique de la rivière Shirakawa, située dans la préfecture de Kyoto.

À l’image du Japon et de ses nombreuses îles au milieu de l’océan, le sable du Jardin sec symbolise l’eau, alors que les pierres représentent des îles montagneuses.

Les motifs tracés dans le sable peuvent symboliser des vagues, des courants marins. Parfois, ils sont tout simplement le fruit de l’imagination de celui ou de celle qui fait le tracé du jardin.

Le Jardin de thé

Lieu de passage, le jardin de thé (roji ou chaniwa) permet aux convives de se libérer l’esprit de leurs soucis quotidiens pour mieux apprécier la cérémonie du thé.

On y retrouve, entre autres, le chozubachi, la vasque servant aux ablutions précédant le rituel du thé. On y prélève de l’eau pour se purifier les mains et la bouche.

Plutôt rustique, le Jardin de thé invite à l’appréciation de la beauté simple et naturelle. Les tobi ishi (pas japonais) ainsi que les nobedan (petites allées pavées) orchestrent la façon dont le public se déplace dans le jardin pour le découvrir.

Le Jardin de thé du Jardin japonais a été aménagé en 2002 à la mémoire de Hector Dupuis, premier vice-président exécutif canadien de Toyota Canada. Sa réalisation a été rendue possible grâce à la générosité de Toyota Canada.

Ce jardin fragile est uniquement accessible de mai à octobre, en compagnie d’un animateur ou d’une animatrice.

Cour de bonsaïs

Grâce à la générosité et à l'amitié du peuple japonais, le jardin extérieur de bonsaïs abrite dans ses murs une collection d'une rare beauté.

Un don exceptionnel de la Nippon Bonsai Association, en 1989, a permis d'enrichir la collection déjà existante de trente magnifiques bonsaïs.

Soigneusement cultivés et entretenus pendant de nombreuses années, les arbres miniatures, âgés de 25 à plus de 350 ans, renferment le coeur du peuple japonais et symbolisent l'amitié qui unit le Canada et le Japon.

On y retrouve, du début du printemps jusqu'à la fin de l'automne, des arbres aussi impressionnants que l'érable japonais (momiji), le Ginkgo biloba (ichô), plusieurs genévriers (shimpaku) et plusieurs azalées (satsuki).

Add this