Menu global

Mon jardin

Domaine du prunier noir

Année

2019

Type de jardin

Jardin pour la biodiversité

Jardin nourricier

Témoignage

Il y a environ 10 ans, j'ai décidé de m'engager à poser des gestes concrets pour la planète. L'un de ces gestes a été de planter environ 2,500 arbres (érables à sucre, bouleaux jaunes, pins blancs, frênes, chênes rouges) le long d'une partie d'un lac se trouvant sur ma terre dans le but d'élargir la bande riveraine et de mieux protéger la santé du lac et de sa faune (poissons, oiseaux, mammifères). Durant cette même période, mon autre geste important a été de commencer à planter sur mon terrain divers arbres et arbustes fruitiers.

Aujourd'hui, ce terrain autrefois gazonné compte environ une centaine d'arbres et arbustes cultivés (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, camerisiers, bleuetiers, amélanchiers, noisetiers, groseilliers, vignes, aronies, sureaux.... ) qui font nos délices ainsi que ceux des insectes butineurs et des oiseaux.

De plus, un grand potager composé de fines herbes (thym, basilic, mélisse, ciboulette, cerfeuil...), de fleurs nectarifères (bourrache, monarde...) et de légumes tant vivaces (chou marin, oignon égyptien, topinambour...) que saisonniers, offre une riche diversité de couleurs et de saveurs. Aux abords et autour de ces arbres et de ce potager, s'épanouissent tout au long de la saison, une panoplie de plantes indigènes de la région (ortie, achillée mille feuilles, campanule, onagre, consoude officinale, amélanchier du Canada, framboises et bleuets sauvages, épilobe, verges d'or, asclépiade, sans oublier mon emblème: le prunier noir.

Afin de nourrir et protéger tout ce beau monde, j'utilise du compost et fabrique moi-même différents purins (ortie, prêle et consoude). Tout ceci fait partie maintenant de mon rythme de vie, laquelle demeure continuellement en évolution dans le but de respecter encore plus la biodiversité.

Emplacement du jardin

Sainte-Thècle